IBS - Institut de Bijouterie de Saumur (la filière de formation en bijouterie, de la conception à la commercialisation)

Créateur de talents du CAP au BAC+2

Menu
Home
15/03/2018

Flora Chalopin

Sublimer ceux qui en ont le plus besoin.

 

Se former

Flora Chalopin s’est installée près de la place Bichon à Angers au 42 rue Saint Lazare. L’atelier créé en octobre est ouvert au public depuis le 15 novembre 2017. Ouvrir un atelier de création/vente de bijoux conçu selon des valeurs traditionnelles, s’est forgé durant la dernière année d’apprentissage. Pour tenter l’aventure il fallait tout d’abord un bagage sérieux ce que Flora a commencé par obtenir : un CAP art et techniques de la bijouterie-joaillerie à l’école de Lyon puis le choix de l’alternance en poursuivant par un Brevet des Métiers d’Art (BMA) à l’Institut de Bijouterie de Saumur, suivi d’un CAP Sertissage et d’un CAP polissage pour finir par un BMA sertissage. A ce parcours solide s’est ajoutée une Mention Complémentaire Joaillerie en candidat libre. Il ne manquait plus que la gemmologie !! Certes très intéressée par le Brevet Professionnel, Flora a finalement choisi de ne pas signer un nouveau contrat avec son maître d’apprentissage qui lui proposait de la garder pour les 2 ans de gemmologie, et a saisi l’opportunité d’ouverture de son magasin d’autant qu’il y avait et les débouchés et une clientèle à venir. « Pas grave » me dit-elle, nous avons toute la vie pour nous former et cela peut être reporté.

 

Innover et voir le bijou. Pas le handicap !

Ouvrir son atelier est déjà téméraire mais à cela s’est greffé un projet, courageux, ambitieux et humain, centré autour du handicap. Mais qu’est-ce qui a bien pu orienter ce choix ? Flora a travaillé 1 an dans ce milieu où elle faisait des remplacements. Parallèlement à la découverte de ce travail, sa maman qui est ergothérapeute, lui expliquait les besoins des personnes en situation de handicap. Observer, s’interroger, écouter, … l’envie de répondre aux besoins spécifiques des malades s’est peu à peu greffé au projet d’ouverture d’un atelier de bijouterie joaillerie traditionnelle.

Le point de départ fut une petite fille atteinte du syndrome d’Ehlers Danlos (du nom des 2 médecins qui ont diagnostiqué ce syndrome). Il s’agit d’un groupe de maladies génétiques caractérisées par une anomalie des tissus de soutien du corps (peau, tendon, ligaments, …) ainsi que des parois des organes et des vaisseaux sanguins. Les personnes portent souvent des vêtements de contention. L’expression de la maladie diffère pour chaque personne et peut toucher une ou des parties du corps. Dans le cas de cette petite fille se sont surtout les articulations des doigts qui sont touchées et particulièrement la phalange centrale. Son ergothérapeute (personne dont la profession est de faire travailler les muscles de ses patients) lui faisait des prothèses en plastique. Efficace certes, mais, …, le plastique thermo formable c’est cassant, cela génère des frottements, n’évolue pas avec la taille du doigt, et de plus c’est stigmatisant ! Flora lui a fabriqué 10 bagues qu’elle porte tous les jours, pour maintenir ses 10 doigts. Elle s’est basée sur la forme de l’orthèse pour les points d’appui.

Les bijoux sont en argent et peuvent être personnalisés. Au lieu d’avoir une orthèse on a un bijou ! Et un bijou, beau, pratique et évolutif.

Evolutif, parce qu’un bijou a plusieurs vies, on peut ajuster, rajouter des pierres,  transformer, faire évoluer, ….  Une vie de bijou quoi!!

Et le plus singulier, c’est que des personnes valides souhaitent acquérir ce modèle. C’est l’aboutissement de la démarche qui est d’une grande richesse, créer des bijoux pour tous et adaptés à ceux qui en ont le plus besoin !

 

D’autres projets prennent corps. Un brevet est déposé pour la conception d’un dispositif de fermoir magnétique, utilisable d’une seule main (cela concerne les personnes amputées, hémiplégiques, les personnes âgées, …) et qui s’adapte à tous les types de bijoux. Un autre, celui « d’habiller » les orthèses, d’en faire un accessoire personnalisé, de mode ! Comme on porterait une ceinture.

« Quand un handicap est visible, forcément, il stigmatise ». L’idée est d’aider à assumer le regard des gens, à apporter de l’autonomie. Les handicapés ne veulent pas des choses « adaptées », parce que trop «  visibles »,  ce qui les « identifient comme tels » donc stigmatisent. C’est là que la créativité de Flora intervient, en imaginant et en élaborant un bijou traditionnel auquel elle rajoute des détails pour le rendre pratique et propre à la personne qui le portera. Elle ne crée pas un bijou « adapté à ». L’idée est de prendre le problème à l’envers, même si dans la conception c’est le problème qui est posé avant. « Le projet est certes dynamique et innovant mais les rencontres avec les personnes en situation de handicap sont vraiment riches humainement ».

 

 

Créer pour tous et toujours : écouter !

Bien-sûr, Flora a aussi une clientèle pour la fabrication du « sur mesure » et de bijoux traditionnels. L’objectif reste le même, savoir « écouter » le client, cerner ses besoins, parfois s’appuyer sur des modèles existants, dessiner, … « Il faut, me dit-elle, de l’attention, de la sensibilité. Sortir de ses propres zones de confort pour être à l’écoute. Créer un bijou c’est un vrai échange avec le client, on partage quelque chose, on a l’impression de le faire ensemble. C’est un moment d’émotion quand le bijou est fini. Il possède quelque chose d’unique, c’est le fruit d’une collaboration, parce que le client a donné son avis, a mis « sa patte » en quelque sorte ! Un bijou avec une part de lui-même ! »

 

Une part de lui-même, un bijou unique et surtout, adapté à chacun !

 

Sophie Biardeau

 

Flora Chalopin
Tel : 06 67 78 53 33
Mail : flora@in-aurem.fr
www.in-aurem.fr

 

IBS

Vous souhaitez plus d'infos ?

ibs@maineetloire.cci.fr -  Tél 02 41 83 53 93 Contactez-nous