Historique de l'institut de bijouterie de Saumur

Créateur de talents du CAP au BAC+2

Menu
Home

Historique de la formation

Saumur
Depuis le XVIème siècle, Saumur a acquis une belle réputation pour ses activités de bijouterie religieuse. On attribue à la découverte d’une statue miraculeuse de la Vierge la naissance de cette activité.

 

Les Saumurois ont ainsi commencé à fabriquer puis à vendre des chapelets aux pèlerins se rendant à la basilique des Ardilliers, devenue grand lieu de recueillement aux portes du quartier du Fenêt.

A l’époque près de 1.000 artisans fabriquent des chapelets. On les appelle les patenôtriers en référence à la prière « Pater Noster ».

 

Au XVIIIème siècle s’organise un colportage à grande échelle autour des produits finis; c’est la belle époque des frères MAYAUD. Leurs livres d’exploitation témoignent de débouchés internationaux en Europe Centrale, Russie et même Chine et Nouveau monde.

 

4 à 5.000 Saumurois vivent de cette activité dans une ville qui ne compte encore que 9.100 habitants.

Loin de péricliter avec le temps, cette activité a su se diversifier et rester compétitive grâce à son dynamisme et à son savoir-faire.

Saumur

C’est au XIXème siècle que s’implantent BALME et PICHARD, portés par le courant de la mécanisation. Le petit monde des patenôtriers à domicile s’effrite tandis que se développe la fabrication des médailles.

 

Aujourd’hui, l’activité de fabrication en bijouterie à Saumur génère encore plus de 200 emplois répartis au sein de 3 entreprises :

Saumur fut la première ville en France où la frappe des médailles fut autorisée dès 1860 en dehors de la monnaie officielle de Paris.

 

Pour attester de la qualité des matériaux utilisés dans la production des médailles, un Service de la Garantie s’y implantait en 1864 rattaché à la Direction Générale des Douanes et des Droits Indirects. Son rôle consiste notamment à attester du titre d’un ouvrage en métal précieux c’est-à-dire à définir le poids de métal fin contenu dans le poids total de l’alliage. (Ex. : or 750 millièmes)

A ce titre, le bureau de la Garantie revêt l’ouvrage d’un poinçon d’Etat.

 

Grâce à la tradition séculaire de fabrication d’objets religieux et de médailles puis de la bijouterie industrielle, un environnement naturellement favorable a permis le développement de la filière de formations en bijouterie de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Maine-et-Loire.

Vous souhaitez plus d'infos ?

ibs@maineetloire.cci.fr -  Tél 02 41 83 53 93 Contactez-nous