IBS - Institut de Bijouterie de Saumur (la filière de formation en bijouterie, de la conception à la commercialisation)

Créateur de talents du CAP au BAC+2

Menu
Home

Tendances Acteurs

Kering veut se renforcer dans la joaillerie et l'horlogerie
François-Henri Pinault, PDG de Kering (n°2 mondial du luxe), a annoncé le lancement d’une collection haute joaillerie l’été prochain. « Jusqu'alors mes deux priorités étaient de transformer Kering en un groupe de luxe et de développer les maisons de mode et de maroquinerie. Aujourd'hui, c'est au tour de la joaillerie et de l'horlogerie. » Gucci ouvre la marche avec quelque 200 pièces prévues « avec beaucoup de pierres de couleur [qui] seront fabriquées en Italie ».

Source : Les Echos – 29/11/2018

Dalloz Développement lance Garden Party
Dalloz Développement lance « Garden Party », sa nouvelle marque de Joaillerie Lyonnaise. Diamants, pierres fines et précieuses composent la collection qui propose plus de 60 bijoux précieux et accessibles entre 500 € et 2 000 € (prix de vente public). Commercialisée par le site Fair'belle à Strasbourg, les quatre lignes de la marque reflètent une expertise du diamant et une sélection de pierres fines et précieuses. Tous les bijoux sont en or gris palladié.

Source : L’officiel horlogerie bijouterie – nov-déc/2018

La filière mode mise en colère par Bercy

 

L'Etat veut réduire la part des prélèvements sur les entreprises de la mode, de la maroquinerie et de la bijouterie, qui est reversée aux fédérations professionnelles. Aujourd'hui, leur financement repose sur un prélèvement sur le chiffre d'affaires des entreprises de ces secteurs, et pour l'habillement, sur des taxes douanières sur les importations. Les montants versés aux fédérations sont d'ores et déjà plafonnés, mais Bercy a décidé de réduire ce niveau. Chez Comité FrancEclat, qui regroupe la bijouterie, l'horlogerie et les arts de la table, c'est 1 million d'euros qui va manquer sur un budget de 13,5 millions. Des moyens destinés au centre technique de la filière, chargé de tester de nouveaux matériaux ou des techniques de prototypage (3D, laser...). « Nous finançons aussi la participation à des Salons à l'étranger. Une jeune marque comme Satellite a commencé par là. Elle va aujourd'hui en Chine », remarque Jean-Louis Niedermaier, président de la BOCI (bijoux fantaisie et métaux précieux). Autre soutien, l'achat d'un carnet de tendances, « coûteux, mais précieux pour les petits ateliers pour saisir l'air du temps ».

Source : Les Echos – 04/10/2018

J'aimeJ'aime, une box de bijoux à louer


Convaincu qu’il était possible de faire rimer bijoux de créateurs et consommation responsable, J’aimeJ’aime a imaginé un système de location de bijoux par abonnement sous la forme d’une box. Chaque mois, les clientes reçoivent trois bijoux dont elles peuvent profiter autant qu’elles le souhaitent. Pour en recevoir de nouveaux, il leur suffit de les renvoyer – et si jamais elles souhaitent les acheter, J’aimeJ’aime leur offre 20% de réduction.
Source : Maddyness - 09/11/2018

OZ-Bijoux séduit les bijoutiers avec son concept révolutionnaire !


Après son lancement mondial le 7 septembre 2018 à Bijhorca, le concept Oz-Bijoux©, 30 points de vente ont été ouverts. Environ 40 ouvertures sont attendues d’ici janvier 2019. Les bijoutiers détaillants ont adopté le bijou connecté, ses fonctions permettant notamment des alertes géolocalisées et la fiabilité de sa technologie. La première collection se compose de 53 références. La seconde collection prévoit 300 modèles ciblant 4 groupes : les adolescents, les femmes actives, une collection mixte et les seniors+.
Source : guide-joailliers.com – 21/11/2018

«À l’horizon 2025, 45 % des dépenses liées au luxe seront générées par la génération Y-Z», souligne Joëlle de Montgolfier, directrice senior du pôle études et recherche de Bain & Company.
Source : madame.lefigaro.fr – 11/11/2018

Vous souhaitez plus d'infos ?

ibs@maineetloire.cci.fr -  Tél 02 41 83 53 93 Contactez-nous