IBS - Institut de Bijouterie de Saumur (la filière de formation en bijouterie, de la conception à la commercialisation)

Créateur de talents du CAP au BAC+2

Menu
Home

Tendances Acteurs

LVMH s'offre les bijoux Tiffany et signe la plus grosse acquisition de son histoire


Le géant du luxe mettra 14,7 milliards d'euros sur la table pour s'offrir la marque américaine de luxe. Pour le patron de LVMH, Bernard Arnault, c'est « une icône de l'Amérique qui devient un peu française ». Le rachat de Tiffany, fondé en 1837 à New York, est la plus grosse acquisition de l'histoire du champion mondial du luxe. C'est plus de trois fois plus que ce que Bernard Arnault avait mis sur la table pour le joaillier italien Bulgari (4,3 milliards d'euros) en 2011, dont les ventes ont doublé depuis. Surtout, Tiffany va lui permettre de rattraper Richemont, qui réalise plus de 7 milliards d'euros dans ce secteur (51 % de son chiffre d'affaires). Avec le joaillier américain, LVMH va en effet doubler le poids de son pôle horlogerie joaillerie, (TAG Heuer, Chaumet, Zenith, Hublot, Fred), dont le chiffre d'affaires s'est élevé l'an dernier à 4,1 milliards - dont 60 % dans les bijoux.  

Source : Les Echos – 25/11/2019 

Waekura, des bijoux pour toutes les femmes et pour tous les jours


Les bijoux de la marque Waekura sont conçus par des femmes pour des femmes. Ils sont plaqués or 3 microns, résistent à l’eau et sont anti-allergies et à prix doux : 20 à 155 euros. Ces produits sont également garantis contre l’oxydation et les défauts de placage. L’enseigne a emporté le prix Boutique et une dotation de 250 000 euros pour financer un bail dans un centre Westfield.

Source : Maddyness – 30/09/2019 et Sites commerciaux – 10/2019

Les Georgettes by Altesse développent un réseau de boutiques à l'enseigne


Un an après l’ouverture de sa toute première boutique dans le quartier parisien du (IVe arrondissement), la marque Les Georgettes by Altesse accélère le développement de son réseau de magasins. La griffe française, connue pour ses bijoux personnalisables grâce à un système d’empiècements de couleurs en cuir ou en vinyle interchangeables et réversibles, ouvre ainsi tour à tour des boutiques à Lille et à Strasbourg.  Une quatrième ouverture est prévue à Rennes au premier trimestre 2020.

Source : Fashionnetwork.com – 21/11/2019

Diam concept, la start-up qui fait “pousser” des diamants moins chers que les vrais

 

La startup Diam Concept, hébergée dans un laboratoire du CNRS à l’université Paris 13, s'apprête à intensifier sa production de diamants, profitant de la percée des pierres de laboratoire sur le marché du bijou. La technique utilisée par Diam Concept consiste à placer des lamelles de diamant dans un « réacteur », sorte de four à micro-ondes où sont introduits hydrogène et méthane qui, à très haute température, font cristalliser couche par couche les atomes de carbone, jusqu’à former un diamant brut. L’entreprise se présente comme la seule en France à créer des diamants de laboratoire pour la joaillerie. Des sociétés américaines, russes ou chinoises produisent déjà en quantité des pierres de synthèse, dont les prix sont inférieurs de 30 à 40 % aux diamants miniers.

Diam Concept s’apprête à rejoindre le centre d’innovation du groupe Air Liquide, pour augmenter les volumes et s’équiper d’un laser pour tailler les pierres, et prépare une importante levée de fonds.

Source : Capital – 15/10/2019

Effet Meghan Markle, levée de fonds... Comment Kimaï est devenu un acteur fort du diamant de laboratoire

 

Meghan Markle choisit régulièrement de porter des marques de mode et de bijoux éthiques et engagées. Ainsi, elle a récemment porté des bagues en or Vargas Goteoune, marque canadienne engagée qui reverse une partie de ses ventes à The Manta Trust, une association caritative de défense des animaux située au Royaume-Uni. Ces choix font le buzz et crée des ruptures de stock incroyables. Dernièrement, la duchesse de Sussex a porté une des pièces de la marque de diamants de laboratoire Kimaï. La jeune maison de joaillerie a annoncé une levée de fonds à hauteur de 1,2 million de dollars

Source : madame.lefigaro.fr – 19/11/2019

Kimaï
« On sait maintenant que la seconde main dépassera le marché de la mode classique d’ici cinq ans, avance dans FashionNetwork.fr Clémence Cornet, directrice marketing de Bocage (groupe Éram). On se doit d’y aller, et de créer notre propre levier pour générer du trafic en magasin. » Source : lehub.laposte.fr

Vous souhaitez plus d'infos ?

ibs@maineetloire.cci.fr -  Tél 02 41 83 53 93 Contactez-nous