IBS - Institut de Bijouterie de Saumur (la filière de formation en bijouterie, de la conception à la commercialisation)

Créateur de talents du CAP au BAC+2

Menu
Home

Tendances Commercialisation

Et si les lieux de vente devenaient des « lieux-moments » ?

 

Le magasin Bonobo de New York, n’a pas de stocks, pas de foule, peu de produits mais un service inattendu. Sur le site de la marque de l’enseigne masculine du groupe Beaumanoir, le client est en effet invité à réserver une séance d’essayage de 30 ou 60 minutes dans le magasin, en accompagnant sa demande d’une note expliquant ses exigences et contraintes.

Trop de monde dans le magasin, vendeurs pas assez disponibles, attente devant les cabines et aux caisses, sacs à porter jusqu’à chez soi,… Bonobo lève les obstacles qui pouvaient rebuter un homme au moment d’aller acheter des vêtements. Ce nouveau format permet de construire une nouvelle forme de relation avec ses clients. Entre showroom et boudoir, commerce physique et digital, d’où l’on repart les mains vides (après avoir acheté…), l’enseigne peut ainsi réduire le personnel, la surface de vente et les stocks mais aussi offrir une expérience d’achat inédite où les vendeurs peuvent mieux conseiller et orienter.
Source : L’Oeil de l’Observatoire Cetelem - 06/02/2017

 

diamondfoundry.com

Comment l’industrie du diamant compte conquérir les Millennials ?

 

Les diamants de synthèse peuvent être un réel atout pour conquérir la nouvelle génération de consommateurs. Les Millennials montrent en effet un fort intérêt pour des créations de luxe conçues à partir de démarches écoresponsables. Les bijoux imaginés à partir de pierre précieuse de synthèse permettent de réduire les exploitations minières qui sont souvent à l’origine de conflits dans les pays pauvres. Par ailleurs, davantage accessibles, les spécialistes estiment que leur prix serait de 30 à 50% moins cher qu’un bijou en diamant traditionnel.

Source : https://journalduluxe.fr – 02/03/2017

 

Et si le SMS prenait le pas sur l’e-mail ?

 

Victime de son succès, l’e-mail perd de plus en plus en efficacité. Le SMS, plus « mobile » par son usage, pourrait bien prendre le relais. En effet, les spams ont entaché l’inclination française pour les messages électroniques et les SMS ont des taux de clics et d’ouverture nettement supérieurs aux e-mails. Même si les SMS sont plus chers à l’envoi et moins onéreux (5 € du clic sur le lien pour l’e-mail contre 3,75 € pour le SMS), ils sont extrêmement efficaces pour les campagnes géolocalisées et la récolte des données (les consommateurs sont de moins en moins réticents à donner leur n° de mobile).
Source : Stratégies, 13/04/2017

 

Quand des startups joaillières utilisent instagram pour leur développement produit

 

Une nouvelle génération de startups développe des créations à travers un modèle basé sur l’immédiateté, la réactivité. Un nouveau mode de consommation des bijoux, à travers la valeur d’usage plutôt que celle de la possession.

Rocksbox propose des box de bijoux par abonnement. Chaque mois, la cliente reçoit une sélection de trois bijoux, qu’elle peut porter puis rendre, ou acquérir à un prix préférentiel. Au-delà du développement de sa notoriété, elle utilise Instagram pour connaître les segments du marché non adressés pour rapidement y proposer ses produits.

Pour la marque de bijoux fantaisie Baublebar, Instagram sert de source d’inspiration. Elle traque l’engagement client et le comportement des influenceurs pour identifier des tendances émergentes. Elle utilise également la plateforme comme outil de test produit. En postant des photos de pièces dans l’air du temps, elle observe la réaction de ses followers. Une fois le modèle validé, le processus de production prend quelques semaines avant que les produits ne soient en ligne sur le e-shop de la marque.

Source : Glossy.co - 14/04/2017 vu par Soon soon soon

 

Les nouveaux codes du luxe viennent de la rue

 

Souhaitant apporter de la crédibilité à leur patrimoine pour toucher les millennials, les marques de luxe adoptent les codes populaires du milieu «streetwear», notamment ceux de la culture skate. Cette communication décontractée et inattendue marque une certaine autodérision, un moyen de contrer la réputation du secteur du luxe en admettant que les marques ne sont pas socialement ou moralement supérieures à leurs publics, mais ont des défauts comme tout le monde. L'espace public est devenu une source majeure d'inspiration pour les marques qui doivent rester crédibles aux yeux du public dont elles s'approprient les codes mais qui s’autorise aussi l'imperfection, la spontanéité, le désordre...

Source : Stratégies - 18/05/2017

 

Lou Yetu

 

La boutique de « bijoux espiègles », Lou Yetu, située dans le Haut-Marais à Paris, est uniquement ouverte sur rendez-vous de 30 minutes par visiteur…

Source : L’œil de l’Observatoire Cetelem - 06/02/2017

 

41 % des personnes interrogées estiment que le commerce en ligne est plus personnalisé (Enquête ShopperTrak). Source : Points de Vente – 03/04/2017

Vous souhaitez plus d'infos ?

ibs@maineetloire.cci.fr -  Tél 02 41 83 53 93 Contactez-nous