Former à distance, un enjeu de taille !

Créateur de talents du CAP au BAC+2

Menu
Gemmologie

Former à distance, un enjeu de taille !

Former à distance, un enjeu de taille !

9 déc. 2020

L’année 2020 aura été l’année de tous les dangers et de tous les challenges. Quels que soient les secteurs, tous ont été impactés par des mesures difficiles et tous ont dû trouver des moyens de continuer à travailler. Le domaine de la formation n’échappe pas à cette règle et il a été nécessaire d’expérimenter des solutions pour assurer une continuité des formations, qu’elles soient initiales ou continues...

L’année 2020 aura été l’année de tous les dangers et de tous les challenges. Quels que soient les secteurs, tous ont été impactés par des mesures difficiles et tous ont dû trouver des moyens de continuer à travailler. Le domaine de la formation n’échappe pas à cette règle et il a été nécessaire d’expérimenter des solutions pour assurer une continuité des formations, qu’elles soient initiales ou continues. En ce mois de novembre 2020, en plein reconfinement, M. Gérard Audéon expert en bijoux anciens basé à Nantes a animé à distance une formation sur l’expertise à destination des évaluateurs du Crédit Municipal. Retours sur cette expérience inédite !

 

-          Quelles sont les formations pour lesquelles vous intervenez ?

 

J’interviens depuis plusieurs années sur des formations liées à l’expertise de bijoux. Dans ce cadre précis, cette formation s’inscrit dans un processus de formation initié par les Crédits Municipaux à destination de leurs collaborateurs et plus précisément les évaluateurs chargés d’estimer les bijoux qui leur sont présentés pour l’obtention d’un prêt. Mais, outre l’expertise, j’interviens aussi sur le domaine de la gemmologie pour accompagner les salariés de cette entreprise dans leur mission quotidienne d’évaluation.

 

 

 

-          Comment s’est déroulé l’accompagnement technique pour la mise en place de cette formation ?

 

Je me suis grandement familiarisé avec les outils relatifs à la visio durant le premier confinement. Comme beaucoup de personnes, j’ai mis en place des moyens pour garder un contact privilégié avec mes proches et mes clients. Plus spécifiquement pour cette formation, j’ai été accompagné par Fabienne Lemaire - Chargée de mission ingénierie e-formation auprès de la CCI Maine & Loire – pour apprendre à dynamiser mes diaporamas mais également à animer une formation à distance. Car c’est un vrai défi que de pouvoir transmettre sans avoir les personnes avec soi. Il faut vérifier de nombreux paramètres et s’assurer que les stagiaires vous voient, vous entendent. Il faut également animer les séances pour que les participants ne décrochent pas. Fixer son attention durant plusieurs heures sur un écran n’est pas une chose aisée. Sur tous ces points, j’ai reçu un excellent accompagnement pour mener à bien ce challenge !

 

-          Quelles difficultés rencontrées et comment les avez-vous résolues ?

 

Je dirais qu’il s’agit plus de limites que de difficultés. Dans une formation classique, vous avez toujours une partie théorique et une partie pratique. Et donc, la difficulté principale, c’est de compenser cette partie pratique sans être en présentiel avec les participants et les bijoux, précisément le thème de cette formation. Pour contrer cette absence, je me suis équipé d’une caméra qui grossit jusqu’à 200 fois et qui me permet de partager en temps réel des éléments d’expertise. Sur le sujet des métaux par exemple, j’ai pu faire des focus à distance sur les points d’usure du métal, sur les poinçons, sur les signes auxquels il faut prêter une certaine attention lors de l’expertise. Ce qui a rendu l’expérience intéressante, c’est justement l’échange. Je m’explique : je montrais la pièce via la caméra microscope et je pouvais faire des zooms et emmener les participants sur les détails importants. Ils n’étaient plus seuls avec leurs loupes devant des bijoux. Concernant les pierres, j’ai pu leur faire voir des bulles dans des pierres de synthèse ou dans des pierres d’imitation en verre. La limite principale a été sur les pierres et plus précisément sur le diamant. Même avec une caméra de très bonne qualité, il est compliqué de faire saisir la variation de couleur sur un diamant, à moins que celle-ci soit très importante. Enfin, il est nécessaire de travailler avec deux écrans pour avoir d’un côté tous les documents que l’on souhaite partager. Un dernier point, c’est l’animation car on ne voit pas les participants lorsque l’on anime avec de la vidéo. Il faut donc régulièrement les faire participer, créer de l’émulation, bouger la caméra pour faire des croquis ou utiliser un tableau derrière soi. Une fois qu’on a bien organisé sa zone de travail, c’est assez facile de la faire évoluer pour créer du mouvement, de la participation et du lien. Bien sûr, on ne peut pas tout faire à distance, mais l’expérience nous a prouvé qu’on peut néanmoins réaliser de nombreuses actions à condition de s’y préparer.

 

-          Quelle est la valeur ajoutée d’une telle formation pour une entreprise ?

 

Cette formation a pour but de donner des clés supplémentaires sur l’expertise des bijoux et des pierres. Elle permet de former des évaluateurs et de compléter leurs parcours professionnels sur des points précis que l’on décide avec l’entreprise qui nous mandate. Il y a donc un côté « à la carte » qui permet de proposer des modules bien spécifiques en collaboration avec l’équipe à former. Cela nécessite que les participants soient bien équipés au niveau informatique mais comme ils sont dans leurs bureaux, c’est souvent le cas. Grâce à cette solution à distance, nous avons pu apporter des compétences supplémentaires à des salariés qui en avaient besoin pour exercer parfaitement leurs missions. Cela n’a donc pas occasionné de retard pour l’entreprise qui aurait du reporter la formation. Le fait de permettre la continuité d’activité pour tous ajoute, en plus des compétences partagées, une valeur ajoutée supplémentaire au contenu de la formation.

 

-          Quels sont les bénéfices retirés pour les stagiaires ? Quel retour d’expérience ?

 

Indéniablement la souplesse de ce mode de transmission. Les stagiaires étaient dans leurs bureaux respectifs et pouvaient expérimenter immédiatement les données transmises quelques minutes auparavant. Les participants, et moi-même, n’avons pas eu à nous déplacer, il n’a pas fallu gérer d’hébergement, de restauration, c’est un coût en moins qui peut s’avérer important quand vous venez de loin entre le train ou la voiture, les restaurants, l’hôtel… Enfin, les bénéfices sont toujours plus importants si les stagiaires ne sont pas de complets néophytes. D’où le fait de rappeler que la distance est très utile mais pas compatible avec tout et, surtout, plus compliquée pour des profils en tout début de formation où la manipulation des pièces est importante. Il faut dans ces cas-là avoir une partie en présentiel et une partie à distance à laquelle la transmission de la théorie se prête bien. Mais dans ce cas précis, nos stagiaires ne partaient pas de zéro, c’était donc très confortable de la transposer en distanciel et bénéfique pour les salariés du Crédit Municipal.

Vous souhaitez plus d'infos ?

ibs@maineetloire.cci.fr -  Tél 02 41 83 53 93 Contactez-nous