Formation en sertissage à l'institut de bijouterie de Saumur

Créateur de talents du CAP au BAC+2

Menu
Sertisseur

Le métier de sertisseur

Le métier de sertisseur

Une fois polie, la pièce est prête à recevoir les pierres. C’est le sertissage.

En lien direct avec le bijoutier-joaillier, le sertisseur enchâsse et sertit les pierres précieuses ou fines pour les présenter sous leur meilleur jour et révéler leur beauté.
 

Le bijoutier-joaillier peut également posséder des compétences de sertissage.

 

Pour être sertie, chaque pièce est enchâssée dans un étau de bois appelée la « poignée » et protégée par une couche de « cire » (appelée ciment de sertisseur) chauffée afin d’en épouser la forme et de la maintenir correctement. Le sertisseur réalise ensuite le type de sertissage le plus adapté à la pièce : serti à griffes, serti clos, serti à grains ou encore serti rail.

 

Le serti griffes, par exemple, est une portion de fil qui est rabattue sur la pierre qui elle-même repose sur un anneau appelé ceinture ; l’ensemble griffes et ceinture forment le chaton. Ce chaton est un écrin qui met en valeur la pierre.

 

La technique du serti rail quant à elle consiste à monter les pierres entre deux rails préalablement réalisés. Ce serti est souvent réalisé pour les alliances.

 
 

Le sertissage est réalisé à l’aide d’un marteleur (sorte de petit marteau-piqueur électrique), d’échoppes et de burins.
 

 

Métier d’expérience, le sertissage, outre l’habileté manuelle, demande une connaissance des métaux employés et des pierres précieuses et fines. 

Quelles formations mènent à ce métier ?

Témoignage

Christian GRIFFON, joaillier-sertisseur


"Le sertissage en haute joaillerie est par essence, une technique d’une rigueur absolue et également un art. Il est nécessaire que les personnes désirant acquérir les bases de cette discipline, aient, développent ou acquièrent durant leur formation certaines qualités indispensables : sens de l'observation, esprit analytique, réflexion, initiative, sens de l'harmonie et bien entendu, rigueur !

 

Ils doivent également, maîtriser les différents outils, savoir les reconnaître et les nommer, apprendre à choisir et utiliser celui qui sera le plus adapté pour l’exécution d’une œuvre ayant pour critères, fiabilité, finesse, harmonie et pureté.


Il est donc indispensable, avant d’entreprendre une pièce, d’analyser ses caractéristiques structurelles.
Le sertissage en haute joaillerie est un métier, pas une simple complémentarité d’un ensemble, bien qu’il puisse l’être dans certaines circonstances. Par exemple un bijoutier pratiquant essentiellement des réparations, désirera avoir la connaissance des modes de sertis les plus courants: griffes, clos, et un peu de grains."

Vous souhaitez plus d'infos ?

ibs@maineetloire.cci.fr -  Tél 02 41 83 53 93 Contactez-nous